IMG_0502

      C'est le 15 septembre 2009 en promenant des amis au Bran que j'ai fait la connaissance de Jean Perroteau. Cette première rencontre fut un peu un gag. Il cherchait des renseignements sur les anciennes forges. Je lui sortais toutes mes connaissances en la matière, il m'écouta attentivement puis ouvrit un gros dossier... Il en savait bien plus long que quiconque à Lugos sur le sujet qu'il avait potassé jusque dans les archives départementales...

      Nous sommes restés en contact et il m'envoie régulièrement l'avancement de ses recherches.

      La semaine passée, après un rendez-vous avec des "historiens" de Belin(vous voyez de qui je parle), il est passé à Lugos. Il souhaitait aller sur le site des anciennes forges du Martinet qu'il n'avait pas encore visité.

     Je l'ai emmené voir ce qui reste de notre passé industriel...

     On peut le voir sur la photo recherchant et photographiant le moindre équipement émergeant de la broussaille...

IMG_0547   ...telle cette vanne commandant l'arrivée de l'eau sur la roue à aube...

 

 

    

 

 

 

IMG_0548       ...ou cette poulie couplée à l'aube qui devait entraîner le "ventilo".

    En fait, les Forges c'était de la technique avec l'extraction de la garluche, son concassage et son lavage, l'extraction du fondant (calcine), la production du charbon de bois et la fonte du minerai qui deviendra de la fonte. C'était aussi des affaires de famille (mariages, héritages , associations ) de ces industriels éphémères et, jean Perroteau, le nouveau maître des Forges, est intarissable sur ses prédécesseurs. Il connaît tout des Lescure, Gignoux, Capdeville et consorts.

 

     Les Forges de Lugos ont fonctionné de 1804 à 1875 donnant du travail à une importante communauté de mineurs et de fondeurs. La manne des forges a permis à Adolphe Lescure, maître des Forges et maire de Lugos de 1829 à 1860, de faire construire l'église paroissiale Notre Dame en 1848.

    Si vous êtes intéressés, l'ami Michel a sur son blog mis un article intéressant sur le sujet mais, nous saurons tout bientôt, quand notre ami va sortir le compte rendu de ses recherches.