bc9d82bb2a      Au lendemain de l'élimination des Girondins par Monaco, j'avais exprimé mon inquiétude sur le faible niveau du jeu actuel de Bordeaux.  (voir blog du 11 février).
       Un mois plus tard, on n'est toujours pas rassuré. On s'est ennuyé ferme devant la télé hier soir en première mi-temps.
C'était un peu mieux ensuite avec la rentrée de Yoann. Quelle maladresse de ce pauvre Gouffran : à 3 mètres du but, ca paraissait plus facile de la mettre dans le but qu'au-dessus...
Les deux autres tentatives ont été arrêtées par un bon gardien monégaste. Le dernier quart d'heure a été bien pénible avec ce ballon perdu sans cesse au milieu qui revenait inlassablement devant le but. Heureusement, Carasso aussi, était dans un bon jour et il a permis de ramener un point précieux de la Principauté.
       Je vais en profiter pour signaler aux pourfendeurs de l'entraîneur de l'équipe nationale que, un entraîneur, même s'il a été l'an passé sacré meilleur "coatch" de l'hexagone ne peut pas tout: quand ses étoiles sont fatiguées et que les "coiffeurs" ne sont pas à la hauteur il ne peut que limiter la casse. Avec le jeu pratiqué depuis le début 2010, Bordeaux ne saurait prétendre à conserver son titre.
      Espérons que, face à l'Olympiakos mercredi, les Girondins vont retrouver l'allant et la fluidité de leur jeu du début de saison. Il est vrai que la Ligue des Champions, par sa couverture médiatique(ou ses primes), a souvent l'art de sublimer les joueurs (voir les Lyonnais face au Réal qui n'ont pu faire mieux, hier soir, contre des Verts bien pâles que contre les Galactiques mercredi dernier).
       Allez Bordeaux!  quand même.